| | |

Vectrolaroïd - pour une philosophie vectorielle

Les communicants l'ont bien compris, nous associons par réflexe conditionné le retrogaming au pixelart. Il n'est d'ailleurs pas une affiche d'événement sans son lot de pixels, pas une couverture de livre sans son patchwork de mascottes rebattues. Pour Marc Monticelli, ce sont au contraire les graphismes épurés et vectoriels de la Vectrex qui portent en eux la substantifique moelle...

publié dans Beau, futile, vital par 1557 lectures

Vectrolaroïd - pour une philosophie vectorielle

Du CNRS au jeu vidéo...

Marc Monticelli est arrivé au jeu vidéo tardivement et c'est surtout en programmant sur Ti99-4A et Vtech laser 200 qu'il pratiqua l'informatique en 1982 : logiciels de dessin, logiciel serveur, logiciel de composition de pages dynamiques videotex pour minitel... c'est ensuite sur NeXT qu'il admira des affichages vectoriels à future très forte influence sur lui.

Bien plus tard, c'est suite à l'organisation d'une exposition sur l'histoire de l'informatique en 2005 (faite à l'occasion de la fête de la science), qu'il commença à acquérir consoles et jeux, une collection qui s'avéra utile pour la création en 2010 de l'Espace-Turing,  premier musée sur le numérique dans une université. Il donna même par la suite un cours sur l'histoire du jeu-vidéo à l'université de Nice pendant plusieurs années...

en passant par la photo...

Baignant depuis son enfance dans l'art contemporain​ et son amour inconditionnel pour la photo, Marc trouve aujourd'hui un intérêt dans tout ce qui tourne autour du glitch et l'imprévu. Il joue littéralement avec les modèles mathématiques et navigue entre réel et virtuel, dont la surface d'échange idéale se trouve dans le jeu vidéo.

Gamolaroid

Comme en physique ou en chimie, cette série photographique en noir et blanc de Marc Monticelli cherche à établir un rapport avec l'élément de base, le pixel, le bit, le vecteur.

Dans Gamolaroid, les noms des 15 jeux sont écrits en binaire,  de 0001 à 1111 (0000 étant la couverture) et se trouvent sous calque. La semi transparence permet de deviner de quel jeu il s'agit sous le nom en binaire. Puis on enlève le calque pour voir pleinement la photo dans une sorte d'érotisme de la découverte...

Eric Chahi a été un des acquéreurs de cette série. Un "honneur" pour Marc qui considère le créateur d'Another World comme l'un des plus cultivé dans le monde du jeu vidéo : "Il a un rapport intellectuel voir même militant dans son rapport au jeu (indépendance de travail, petites équipes à dimension humaine, "From Dust" est un hymne à la nature et sa "puissance")."


Gamolaroid (2015) - Série de 15 photos tirées à 8 exemplaires sur film photographique instantané N&B IMPOSSIBLE, signées et numérotées

Vectrolaroïd

Amoureux de la Vectrex qu'il considère comme la plus élégante des consoles, il possède 3 exemplaires de cette "petite soeur du Mac", pratiquement tous les jeux originaux, et plusieurs homebrew savamment choisis.

Pour lui, la Vectrex possède un graphisme minimaliste incomparable, elle rappelle Tennis for two dans l'usage d'un quasi écran d'oscilloscope pour l'affichage. : "Elle en est un peu l'heritière, plus que Pong dans un certain sens".

Car pour Marc, les jeux Vectrex portent en eux ce qu'il y a de plus minimal dans un système de représentation. Cet ingénieur de recherche en calcul scientifique au laboratoire de mathématiques de Nice voit en effet dans les vecteurs l'essence même de cette représentation, et dans les couleurs des overlays transparents une sorte de coloriage d'enfant sur lesquels il faut remplir des zones délimités avec la bonne couleur.


Vectrolaroïd (2015) - Série de 22 photos tirées à tirage limité sur film photographique instantané N&B IMPOSSIBLE, signées et numérotées. Chaque photo s'accompagne de l'overlaycouleur du titre correspondant

Disponible depuis avril dernier, la série de photos Vectrolaroïd va dans ce sens : elle reprend 22 titres originaux sortis sur console vectrex (hors 3D et pencil) à tirage limité sur film photographique instantané N&B IMPOSSIBLE, signées et numérotées. Chaque photo s'accompagne de l'overlay couleur du titre correspondant. Marc a conservé l'idée du calque pour proteger chaque pola.

Analogiser le numérique

Dans une époque où le réel se voit numérisé, ou sa vie tient dans un smartphone et devient distante, la démarche de Marc Monticelli vise justement à "analogiser" des objets purement numériques tout en leur ôtant la couche superflue d'effets et autres filtres.

Si les mathématiciens ont par le passé proposé des représentations d'objets mathématiques en 3D alors qu'ils n'ont pas d'existence réelle (cf les objets de l'IHP et les photos de ces objets de Man Ray), le parti pris du polaroid ramène dans le monde analogique un objet virtuel sous la forme d'une image 2D tout en lui conférant une sorte d'esprit éphémère...

Pour en savoir plus je vous invite à découvrir le travail de Marc Monticelli sur :
http://marc.monticelli.fr/
Facebook

comments powered by Disqus