Difficile de trouver un principe plus simple : le joueur doit étendre son territoire de losanges de couleurs pour gagner. De ce principe voisin du jeu de go et d'Othello, découle des stratégies très complexes.

Guerre de conquête

Dans le sillage du Tetris d'Alexey Pajitnov,  Infogrames a mandaté en 1991 un studio russe pour la création d'un jeu de logique et de réflexion. Le résultat est plutôt réussi car les possibilités sont quasi illimitées.

Un plateau de jeu est parsemé d'une multitude de losanges colorés de 7 couleurs différentes. Dans cette "bataille de couleurs", le joueur doit étendre son territoire pour gagner. Au début du jeu, chaque joueur débute sur un angle du plateau avec une couleur donnée.

A tour de rôle, chaque joueur doit choisir une des couleurs disponibles. Tous les diamants de couleur identique qui bordent le territoire du joueur sont alors annexés, ce qui étend la frontière. Le premier à contrôler plus de la moitié du terrain gagne la partie, la couleur choisie étant alors verrouillée pour l'adversaire pendant un tour. Une limite de temps assure une petite dose de suspens loin d'être insoutenable rassurez vous.

Les joueurs ambitieux peuvent également concevoir leurs propres cartes avec l'éditeur inclus.

Ce jeu est fait pour se relaxer. La musique de Mozart et Bach contribue à cette ambiance d'ascenseur ou de salle d'attente (au début du moins parce que la bande son étant en midi, il se peut qu'au bout d'un certain moment vous ne la supportiez plus !). La difficulté augmente très lentement ce qui assure au joueur une absence totale de stress. Vous êtes bien...

Chose extrèmement rare pour l'époque, ce jeu peut être joué non seulement contre l'ordinateur ou un adversaire humain, mais également sur un réseau local

Seule ombre au tableau pourtant, les cartes générées aléatoirement ne sont pas symétriques ce qui avantage toujours l'un ou l'autre des joueurs...

à lire aussi

si ce jeu vous intéresse...

Restez dans la boucle !

Et recevez l'actualité retrogaming chez vous