Esprit Cogip - le Thomson MO5 a 30 ans !

Oublié de tous, même de la glorieuse association MO5.com, le Thomson MO5 fête pourtant cette année son trentième anniversaire. Autant vous dire que du poil a poussé sous le menton de notre ancien copain de classe. Un ordinateur qui démontrait à l'époque le savoir faire informatique français, tout en moyenneté.

1984, la France était championne d'Europe de pied balle et bombait son torse imberbe. C'était surtout l'année du Renault Espace et du Thomson MO5, véritables fleurons d'une industrie française sûre de sa force !

En cette glorieuse époque où les marketteurs se faisaient la main sur nos désirs naissants, l'informatique made in France sortait sa machine familiale et pépère. Si vous avez plus de 30 ans, vous la connaissez sans doute, car elle trôna longtemps dans le fond de nos salles de classe.

Cercueil noir aux touches de gomme, résolution graphique de 320x200 pixels en 16 couleurs, le Thomson MO5 avait également un tout petit organe, une seule voix et 3 octaves lui permettant à peine d'éructer sa détresse pendant l'affaire du petit Grégory...

Richard Berry, en proie à un violent émoi devant les capacités du Basic

Ordinateur qui fascina sans doute le jeune Arnaud Montebourg, le MO5 était la merveille de tous les français, contemporainne du Minitel et ses 3615.

Trop faiblarde pour faire tourner le moindre jeu vidéo digne de ce nom, cette machine aura pour elle ce coté fortement moyen, cet esprit COGIP qui ne fit pas le poids face à un monstre venu d'Angleterre : l'Amstrad.

La patrie était alors en danger, au point que, comme nous le rappelle Dr Floyd sur l'excellent site Gamopat, Laurent Fabius lança le Plan Informatique pour Tous, (même si t'as pas envie)

Afin d'initier les millions d'élèves du pays à l'outil informatique et soutenir l'industrie nationale, tous les moyen furent bons, y compris la contribution de notre Michel Platini à l'effort de guerre. Une machine estampillée Platoche qui le situa dans la division 2 de l'informatique avec son slogan "Thomson, tu me rend micro".

Lui qui jouait à la Juventus...

Restez dans la boucle !

Et recevez l'actualité retrogaming chez vous