Et Doom arriva sur Nintendo Game and Watch !

Plus fort que n'importe quel virus, Doom contamine sans vergogne tout ce qui comporte un tant soit peu d'électronique. Après avoir squatté votre calculette ou votre thermostat, le FPS d'ID Software vient désormais violemment bousculer les détenteurs de la dernière Nintendo Game and Watch.

Disponible depuis quelques jours seulement, la nouvelle Nintendo Game & Watch peut déjà lancer DOOM ! Bien sûr, il s'agit d'une version édulcorée en raison des contraintes du matériel lui-même, mais l'important ici est que cela démontre que le matériel est entièrement ouvert à la production homebrew en plus des trois jeux Super Mario Bros,  The Lost Levels et Ball.

à lire aussi : Game and Watch Super Mario Bros : Découverte !

Honnêtement, il fallait s'y attendre tant le jeu d'ID Software se sent partout comme à la maison. Il faut dire que le célèbre FPS n'en finit plus d'atterrir sur des supports surprenants : imprimante,   test de grossesse, calculette, piano et distributeur de billet, tout y passe, au point même qu'un plaisantin avait lancé il y a quelques temps un canular au sujet d'une Porsche 911 hackée...  Pour ceux qui l'ignorent, la phrase "It Runs Doom" est une expression qui est entrée dans le patrimoine geek. Elle indique qu'un appareil est capable d'exécuter le FPS de 1993 qui a été porté avec succès sur une variété de gadgets électroniques conçus à des fins autres que les jeux.

Sachez en effet qu'en 1997, le code source du jeu avait été publié,  permettant aux passionnés de porter le jeu sur une variété d'appareils, ce qui permi en 2006 au Youtuber KevlarGorilla de publier une vidéo dans laquelle il joue à Doom sur une Nintendo DS.

à lire aussi : Il recrée un jeu Game and Watch grâce à Nintendo Labo !

Ici, nous restons sur Nintendo : la mémoire EEPROM qui stocke les ROM sur la Game & Watch a été décortiquée il y a peu de temps et vidée pour être remplacée par cette version de DOOM certes fonctionnelle, mais qui se voit drastiquement épurée pour tourner malgré les maigres spécificités du petit gadget (128k de SRAM et 1, 3 Mo de RAM externe, 1, 1 Mo de mémoire flash pour le stockage). Les textures ont été ainsi dépouillées et l'allocation de mémoire a été réécrite, mais la preuve de concept est là et le jeu fonctionne.

Les développeurs homebrew ne manqueront pas de s'engouffrer prochaînement dans la brêche et auront à coeur de livrer quelques productions dont on vous dira volontiers quelques mots ! D'ailleurs, si cela les intéressen,  le code source est ici

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Restez dans la boucle !

Et recevez l'actualité retrogaming chez vous