Made in Japan, 1960-1980 - Goldorak vend son corps

Après le succès de la vente «Génération Jouets», la maison de ventes Boisgirard Antonini poursuit l’exploration de l’univers de la Pop culture et organise l’événement « Made in Japan, 1960-1980 ». Avec la création d’un département spécialisé, la maison de ventes affirme sa volonté d’inscrire l’événement dans la continuité - une troisième édition est d’ores et déjà prévue en 2014 – et conforte son positionnement sur ce marché à fort potentiel émotionnel.

Cette vacation rassemblant 400 pièces emblématiques, dont une majeure partie liée au divertissement japonais, est parrainée par Cedric Biscay, directeur de Shibuya international. Avec des estimations comprises entre 50 et 1 500 €, tous les nostalgiques sont conviés à retrouver leurs héros à travers des objets devenus cultes.

Les reliques du 7ème art

En première partie de vente, sera proposé une collection exceptionnelle de « reliques » liées au 7e art. Ces memorabilia se déclinent sous la forme de relic cards (cartes contenant une partie d’un objet utilisé sur le tournage), des autografed cards (cartes avec un autographe certifié), des storyboards (copies de dessins de pré-production permettant la visualisation d’un plan), des cast and crew (objets utilisés par les équipes de tournage, aux couleurs et logo de la production).

Les fans et cinéphiles s’attarderont sur un modèle réduit de l’Aston Martin de James Bond ayant servi lors de la production du film Meurs un autre jour, le costume d’un garde de la secte Thuggee utilisé dans Indiana Jones et le Temple Maudit, des storyboards de Retour vers le Futur.

Les studios d'animation japonais

Le second chapitre sera consacré aux studios d’animation japonais et internationaux et à leurs produits dérivés, avec des celluloïds originaux, des Kaiju en vinyle, des robots de collection en plastique et métal, des affiches de film.

Ainsi la vente proposera une sélection de jouets présentés dans leurs boîtes d’origine, liés à des personnages devenus mithyques : Capitaine Flam, San Ku Kaï, Albator, Ulysse. Parmi la quarantaine de celluloïds originaux, retenons-en deux, issus des studios de production TOEI ANIMATION : le premier, sur lequel apparaît Albator, est tiré du long métrage intégré comme prologue à la série télévisée (150 / 200 €) ; le second présente Candy sur un support gouaché (250 / 350 €).

Completèront cette section, des oeuvres produites spécialement pour cette vente par des artistes émergents de la pop culture, sur le thème des séries télés des années 1980.

Goldorak go !

Enfin, la troisième partie sera l’occasion de disperser la plus importante collection française de merchandising et de jouets à l’effigie du célèbre robot Goldorak, constituée de plus de 250 objets.

L’ensemble, regroupant affiches, produits publicitaires, voitures de manèges, est estimé autour de 35 000 €. Lot phare, une soucoupe Goldorak, circa 1970, provenant de la série Jumbo Machinder du fabricant japonais POPY est estimé 2 000 / 2 500 €. A noter que l’une des figurines sera vendue au profit de l’association ASEL pour la scolarisation des enfants du Liban.

Vente aux enchères publiques - Drouot Richelieu - salle 9
Samedi 12 octobre 2013

Expositions publiques - salle 9
Vendredi 11 octobre 2013 : 11h-18h
Samedi 12 octobre 2013 : 11h-12h

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Restez dans la boucle !

Et recevez l'actualité retrogaming chez vous