Avec Mission: Liftoff, les Thomson TO8 et TO9 humilient le CPC et la NES !

Imaginez un solex qui double une Porsche et vous aurez une idée de ce que représente Mission: Liftoff, un jeu 8 bits qui en paraît 16 et qui permet aux machines Thomson TO8, TO8D et TO9+ de relever enfin la tête. Oui, nous sommes en 2018 et oui, l'informatique à la française retrouve un semblant de dignité ! Et tant pis si c'est 30 ans trop tard !

Ground control to Major Thomson

Parler de Mission: Liftoff est important à plus d'un titre : d'abord, et même s'il ne transformera pas votre machine Thomson en PS4 ou PC Gamer Hardcore, force est de constater que le jeu développé par François Mouret (Préhisto), Hervé Piton (Exocet) et Benoît Charcosset (Maf) pousse tout ce qui ressemble à un TO8, TO8D et TO9+ dans ses derniers retranchements. 

Ensuite, reconnaissons que nous avons rarement vu de jeu homebrew aussi bien valorisé par ses auteurs (des membres de l'équipe ont chacun plus de 20 ans d'expérience dans leur domaine et au sein de la demoscene). Ils nous ont contacté directement - c'est malheureusement assez rare - en nous expliquant tout de leur démarche, y compris quelques optimisations de code. Un rêve éveillé !

Et puis, à part le portage de La secte Noire sur TO8 et quelques anniversaires, il est vraiment très rare d'avoir de l'actu Thomson à se mettre sous la dent (c'est notre très grande faute évidemment !)

je m'étais demandé s'il y avait moyen de réaliser un jeu pas trop risible sur une machine de 30 ans d'âge qui était déjà dépassée lors de sa sortie - Hervé Piton

Mission: Liftoff - du jamais vu sur Thomson TO8/TO9

Voilà donc un jeu librement inspiré par Jetpac, un classique des jeux 8 bits, compatible avec les émulateurs DCMOTO et Teo. Les deux développeurs travaillent sur ce projet depuis plus de quatre ans, un temps nécessaire pour produire des animations aussi fluides avec un rafraîchissement constant de 25 images par seconde. Mode Bitmap 16 plein écran avec double buffering... incroyable pour ceux qui connaissent les machines de Thomson comme Hervé Piton : "même absence de tout coprocesseur, même misère absolue côté son"

Une histoire classique

Dans une galaxie très loin d'ici, dans un futur indéterminé, un pilote anonyme de la SIMIV (Société Intergalactique des Mines et Industries Vénusiennes) est contraint à un atterrissage d'urgence sur une planète inconnue suite à une avarie de sa fusée. Malgré la compétence du pilote, le choc est intense.

La fusée se disloque et le matériel de communication est rendu hors d'usage lors de l'impact. Le seul espoir consiste à localiser les différentes parties du fuselage et les réservoirs de carburant pour pouvoir redécoller et atteindre la prochaine planète, où de l'aide sera peut-être disponible. L'utilisation intensive d'un pistolaser dernier cri sera fortement conseillée pour se protéger des formes de vie extraterrestres invariablement hostiles. Des bonus apparaîtront de manière aléatoire et peuvent être ramassés en entrant simplement en contact avec eux.

Une claque technique mémorable

Mais si le jeu paraît surnaturel du coté des graphismes c'est parce que les sprites ne sont pas en mémoire mais ont été convertis en code : "Chaque point de couleur est appliqué "à la main" sans passer par une matrice. Par exemple, une partie du code de l'affichage du jetpack (X contient le pointeur écran, B contient #$F0 (soit 240, pour passer les lignes))"

Les sons et musiques digitalisés semblent tout droit sortis du chapeau d'un apprenti sorcier et je ne vous raconte pas cette introduction animée en plein écran ou la musique de qualité CD dans le menu principal (ce qui nécessite tout de même 512 Ko de RAM).

Bref, techniquement le jeu est bien supérieur à tout ce qui est jamais sorti sur la machine et redéfinit complètement ce qui peut être obtenu sur une Thomson. Le jeu est coloré, fluide et réactif et il n'y a tout simplement pas d'équivalent. Pour les perplexes qui croient à un canular,  l'image disque est disponible ici, en attendant une édition physique probablement pour l'année prochaine...

Voilà donc le prétexte idéal pour faire un petit tour dans l'informatique made in France ! D'ailleurs comme le dit Guillaume Verdin sur MO5.com "voilà qui fait réfléchir à ce qu’il serait advenu si les développeurs avaient pris au sérieux la gamme Thomson à l’époque…"  car oui ! Mission: Liftoff prouve que les machines Thomson pouvaient faire aussi bien voire mieux que la concurrence des CPC, Spectrum ou NES...

Pour jouer à Mission: Liftoff

Sur émulateur :

DCMOTO (Windows),  Teo (Windows, Linux, MS-DOS),  Teo (macOS)

  • Sélectionner une configuration pour Thomson TO8, TO8D ou TO9+
  • Insérer l'image disque.
  • Appuyer sur 1, 2, B ou C sur l'écran de démarrage de l'ordinateur.
  • Utiliser les touches du clavier correspondant à l'émulation du joystick.

Sur le matériel d'origine :

  1. Insérer la disquette de Mission : LiftOff dans le lecteur.
  2. Appuyer sur 1, 2, B ou C sur l'écran de démarrage de l'ordinateur.
  3. Utiliser un joystick branché dans le port 1.

Attention : le jeu ne fonctionnera pas sur Thomson TO7, TO7/70, MO5, MO6 et TO9.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lun 15 février 2016 La fin équipe de Retrovision composée de Robin, Julien F. et Monsieur B, réaffirme son amour pour les jeux d'antan dans leur cinquième épisode de la saison 9. Cerise sur le gâteau, l'émission...
Mer 9 juillet 2014 Oublié de tous, même de la glorieuse association MO5.com, le Thomson MO5 fête pourtant cette année son trentième anniversaire. Autant vous dire que du poil a poussé sous le menton de notre...

Restez dans la boucle !

Et recevez l'actualité retrogaming chez vous