En 2018, le hack de la Nintendo Switch reprend de plus belle !

En matière de hack de console, point de trêve des confiseurs, bien au contraire ! C'est en effet depuis le Chaos Communication Congress en Allemagne que les hackers de la Nintendo Switch ont dévoilé leurs avancées. Et elles sont considérables !

Si vous hésitez encore, voici peut être une énième bonne raison de se procurer une Switch... Si la PS4 et la Xbox One résistent toujours et encore à l'envahisseur (même si pour la console de Sony, le travail du développeur Specter circule déjà), la console de Nintendo se laisse plus facilement pénétrer par le scalpel et les regards indiscrets des bidouilleurs. J'en veux pour preuve cette info publié dès la première année d'existence de la console où Pegaswitch rendait possible l'exécution d'homebrews en utilisant une copie de Pokken Tournament DX et à condition qu'elle tourne avec le firmware 3.0.0 de la Switch

Il faut croire qu'en quelques semaines les hackers Plutoo, Derrek et Naehrwert ont bien roulé leur bosse puisqu'ils ont tout récemment présenté une faille de la Switch lors de la 34ème édition du Chaos Communication Congress qui s'est déroulé du 27 au 30 Décembre en Allemagne, une porte d'entrée matérielle que Big N ne pourra sans doute pas patcher puisqu'elle se situerait au coeur du processeur graphique Nvidia Tegra X1 dont la très utile documentation détaillée est disponible librement.

à lire aussi : Piratée, la Nintendo Switch fait déjà tourner du homebrew !

Dans la vidéo, on constate que le webkit exploit kernel peut être lancé au niveau des crédits du jeu Tetris Puyopuyo Tetris S, servant ainsi à lancer Twistibex.

Comme à chaque fois, l'objectif avoué est l'installation de jeux et autres logiciels homebrews sur la console. Il faudra donc attendre les premières confirmations avant de s'emballer tout à fait. Toujours est-il que le groupe de hackers annonce qu'il ne faudra pas attendre si longtemps (en juillet dernier, Plutoo indiquait que l'OS de la Switch était très semblable à celui de la 3DS, sous-entendant que cela pourrait aller assez vite).

à lire aussi : Hack - le kernel de la Nintendo Switch n'aura pas tenu longtemps !

Malheureusement, notez que le firmware maximal de la console doit être le 3.0.0... dommage donc pour ceux qui auront mis à jour leur console pour lancer Super Mario Odyssey...

Mais si vous pensiez qu'on va vous laisser tranquille, vous vous fourriez le Joy Con dans l'oeil : 2018 sera une année placée une fois de plus sous le signe du hack chez Nintendo.

Restez dans la boucle !

Et recevez l'actualité retrogaming chez vous